print preview

Messages clés

Le laboratoire souterrain du Mont Terri propose aux chercheurs, techniciens, ingénieurs et autres scientifiques du monde entier une plateforme dédiée à la collaboration et à l’échange des connaissances. L’Office fédéral de topographie (swisstopo) assure l’exploitation du laboratoire souterrain du Mont Terri et la direction du projet du même nom. Les projets de recherche menés sous terre regroupent actuellement 19 organisations originaires d'Allemagne, de Belgique, du Canada, d’Espagne, des États-Unis, de France, du Japon du Royaume-Uni et de Suisse. D’autres pays envisagent eux aussi d'utiliser l’argile comme roche d’accueil pour l’entreposage de déchets en couches géologiques profondes.

Les connaissances et compétences acquises grâce au laboratoire souterrain du Mont Terri pourront être partagées à l'avenir avec d'autres branches de la recherche, notamment celles impliquées dans la gestion des déchets chimiques ou liées à l’industrie pétrolière. Le laboratoire souterrain du Mont Terri contribue de manière substantielle à garantir la faisabilité technique et la sécurité des opérations d’enfouissement de déchets dans l’argile en couches géologiques profondes.

Le laboratoire souterrain est entièrement dédié à la recherche. Le dépôt de déchets radioactifs y est, pour des raisons géologiques (Jura plissé), totalement exclu et le stockage de déchets de quelque nature que ce soit purement et simplement interdit par le contrat de bail conclu avec le canton du Jura (Convention 2009). 

Le laboratoire souterrain est aussi tourné vers le grand public. Les visites guidées du site contribuent grandement à l'information de la population et au débat public. Elles ont pour vocation de permettre au grand public de se rendre directement compte des nombreuses expériences menées au sein du laboratoire et de mieux lui faire accepter la notion d’entreposage de déchets dans des couches géologiques profondes.

Depuis 1996, les partenaires ont investi près de 89 millions de CHF dans le laboratoire souterrain du Mont Terri (financement). Les travaux de recherche sont essentiellement menés par des centres de recherche, universités et écoles techniques nationales ainsi que par diverses entreprises spécialisées appartenant à l’économie privée. 20 pour cent des investissements sont consentis sous la forme de contrats octroyés aux entreprises locales jurassiennes. Les partenaires échangent régulièrement, lors de leurs rencontres, les résultats des expériences en cours et débattent de la mise en œuvre et du financement de nouveaux projets de recherche. Avec des retombées économiques immédiates pour l’industrie hôtelière de St-Ursanne et des environs.

Les messages clés